À Langton Hughes marchant parmi nous à Kampala, 1962

À ce rassemblement de jeunes têtes brûlées

tu es venu, pops, entonnant tes solos de jazz

à travers les nuits whisky

ta nativité noire pour Rome, tes raisins au soleil

pour Harlem, vagabonds de la renaissance noire

tambours battant parler jive 

et son daddy-o entonnant ce chant 

“… me demande où vais mourir

vu que suis ni blanc ni noir.”

Les fleuves ténébreux qui gargouillent au fond de ta gorge

irriguant des champs pour ton âme

ces fleuves que tu as connus

sous les bateaux négriers

les coups de fouet

et cette note d’or

tu l’as entendue l’onde des fleuves anciens

et daddy-o tu es mort à Harlem. 

Traduit par Sika Fakambi

To that gathering of wooden-headed boys

you came, pops, singing your jazz solos

in whiskied nights

black nativity for Rome, raisins in the sun

for Harlem, bagmen of black rebirth

beats of drums jive talk

and her daddy-o singing that song

“I wonder where I’m gonna die

being neither white nor black.”

Your dusky rivers gurgling down your throat

watering fields for your soul

the rivers you’ve known

beneath slave ships

whip lashes

and the golden note

you heard the sweep of ancient rivers

and daddy-o you died in Harlem.

Par Kofi Awoonor

Kofi Awoonor, né en 1935 dans la région de la Volta, mort le 21 septembre 2013 lors de l’attaque terroriste de Nairobi, est une éminente figure littéraire et politique du Ghana. Il fut poète, romancier, professeur, homme d’état et diplomate.

Sika Fakambi écrit des traductions.

Langston Hughes, né dans le Missouri en 1902, mort en 1967 à New York, fut poète, romancier, dramaturge et essayiste. Il est l’une des grandes icônes du mouvement Harlem Renaissance.