Actuellement, octobre 2015

Poète américaine, Amy Hollowell vient de publier un recueil Giacomettriques :

« Le travail de l’artiste Alberto Giacometti est, comme toute chose, ancré dans l’impermanence. Il a donné forme à ce qui n’en a pas, par le biais de la « matière » tangible de la sculpture et la peinture. Ces modèles étaient toujours les mêmes : sa femme, Annette, son frère, Diego et quelques amis. Mais chaque jour, ces mêmes étaient différents, et ainsi recommençait-il.

Il a déclaré, un jour, qu’il serait heureux de passer sa vie à « simplement dessiner deux chaises et une table. » Il n’avait besoin de rien de spécial car tout était spécial. Et tout était toujours neuf.

Les merveilles du moment présent abondent partout, non seulement dans la plénitude lumineuse des choses telles qu’elles sont, mais aussi dans les profondeurs sombres et vides des choses telles qu’elles ne sont pas.

Alors que les mots semblent être connus, identifiables autant qu’ils sont supposés identifier, les mots du poètes – tout comme la peinture et le plâtre de Giacometti - ne sont pas connus et identifient ce qui n’est pas identifiable. Ils n’autorisent rien d’incontestable, en dépouillant le monde visible de ses attributs et en défaisant la trame serrée de sa « cohérence », laissant à nu l’essentielle « incohérence » et révélant ainsi les abondants fils cachés de ce qui réside en dedans.
Giacometti est l’incommensurable mesure de cela, l’incommensurable ici et maintenant. »

Nous nous réjouissons d’accueillir la première traduction française, effectuée par Célin Vuraler, de douze poèmes de ce recueil dans la rubrique Poésie contemporaine.